A Rennes, les lieux intermédiaires font commun de leurs vécus et de leurs utopies.

Pendant deux jours, la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants (CNLII) a tenu son 3ème Forum national des lieux intermédiaires et indépendants aux « Ateliers du Vent » à Rennes. Après les éditions de 2014 et 2016, cette année était placée sous le signe des communs : « Faire commun(s), comment faire ? ». Un moment de rencontres, de retrouvailles et d’échanges au cours duquel les 250 participant.e.s ont témoigné leur besoin de reconnaissance auprès de l’État et des pouvoirs publics, de s’unir et faire front face à des défis de plus en plus complexes.

Qu’est-ce que la CNLII ?

« La CNLII a été constituée le 29 janvier 2014 lors du « Forum national des lieux intermédiaires ». Ce regroupement en coordination répond au besoin urgent exprimé pendant ce Forum d’une reconnaissance de la place et du rôle de ces lieux intermédiaires dans le paysage culturel français et d’une mise en réseau de leurs projets respectifs. » Il s’agit donc d’un regroupement informel de lieux indépendants qui disposent pour la plupart au moins d’un volet création et/ou diffusion artistique.

En deux jours, une véritable montée en puissance.

L’organisation de ces deux jours de rencontres était prise en main par ARTfactories/Autre(s)pARTsgroupe d’acteurs culturels et d’artistes, réunis autour d’un projet commun de transformation de l’action culturelle par l’expérimentation d’autres rapports entre art, territoires et société), le réseau Hybrides (qui porte une dynamique de structuration des lieux intermédiaires en région Bretagne) et les Ateliers Du Vent (ensemble d’artistes et de personnes engagé.e.s dans des démarches citoyennes qui font vivre collectivement un lieu d’expérimentations).

DSCN8686

Trois rencontres préparatoires ont eu lieu à Rennes au mois de mars, puis à Lille et Marseille au mois de mai. C’est au plus près des futur.e.s participant.e.s qu’ils.elles sont allés chercher les thématiques pertinentes à développer au cours du grand Forum. En sont ressortis les thèmes de la co-évaluation, de l’urbanisme transitoire et des communs. Des sujets suffisamment précis et pointus qu’il aurait été facile de tomber dans un jargon et un entre soi inaccessible au grand public.

Alors c’est par une première matinée assez dense que le Forum s’est ouvert. Quatre conférences-éclair de 30 minutes au choix parmi les huit possibles, pour une (re)mise à niveau sur des thèmes variés. On a abordé les droits culturels, les communs, les chartes d’usage, l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), l’évaluation ou encore les friches et les enjeux spatiaux.

L’après-midi, les participants se sont répartis selon qu’ils souhaitaient travailler sur les communs, la co-évaluation ou l’urbanisme transitoire. Deux groupes se sont constitués par thème et ont dégagé chacun trois problématiques.

DSCN8668

Le lendemain matin, chaque groupe a envoyé ses trois problématiques à la discussion au sein des trois micro-plénières. Chaque micro-plénière disposait alors de deux problématiques sur chaque thème (co-évaluation, urbanisme transitoire et communs) qu’ils ont dû mettre en lien, regrouper, se faire correspondre, afin de dégager des questionnements et des pistes de travail plus ou moins transversaux.

Point d’orgue du Forum, la plénière de l’après-midi a vu les trois micro-plénières mettre en commun et discuter leurs conclusions respectives. Ce processus d’ateliers successifs (plus agréable à vivre qu’à lire et expliquer, on vous l’accorde) a permis, d’une part la prise de paroles de tou.te.s les participant.e.s sur un sujet choisi, et surtout sa prise en compte dans le résultat final de la plénière. L’organisation de cet événement a su créer une intelligence collective porteuse de sens et efficace.

DSCN8717

L’événement a rencontré son public. Des lieux de toute la France se sont déplacés pour l’occasion. Une moitié de bretons, également des personnes et des collectifs venus entre autres de Lyon (Friche Lamartine), Marseille, Annecy (L’Ecrevis), Bordeaux (La Fabrique Pola), Lille, Nantes, Toulouse (Mixart Mirys), Paris (59 Rivoli), Caen (Collectif Bazarnaöm, le Wip), Tours, etc. Si le milieu urbain était dignement représenté, le milieu rural n’était pas en reste avec notamment l’association cévenole Bouillon Cube ou la sud bretonne La Cimenterie.

« En tissant des liens, on laisse un tissu derrière nous… »

La diversité d’intervenant.e.s a permis de recadrer certaines notions et lancer les participant.e.s sur de nouveaux élans de réflexion. Plusieurs pays voisins étaient présents pour mettre en avant les avancées remarquables et inspirantes dans leurs pays. Les représentant.e.s de l’Asilo à Naples ont par exemple animé un atelier sur les chartes d’usage qui a permis de faire un pas de côté et d’avoir connaissance d’une expérience novatrice et de leur lutte pour une reconnaissance des droits d’usage des lieux intermédiaires dans les villes pour en faire un droit commun et affirmé dont l’État devient un soutien. La Belgique nous a requestionné sur les systèmes et les processus d’évaluation, remettant en cause les indicateurs et critères souvent quantitatifs avant tout des pouvoirs publics pour mettre en avant les valeurs culturelles qui animent nos projets, les apports qualitatifs et du bon sens dans des démarches d’évaluation collective et coopératives au long court. L’organisation avait également dépêché des intervenant.e.s plus institutionnel.le.s comme Anne-Christine Micheu (Ministère de la Culture) au sujet des droits culturels, ou encore des universitaires géographes, juristes, sociologues.

Et pour compléter le tableau, la proportion d’artistes présent.e.s a permis une certaine poésie dans les échanges sur des sujets parfois complexes et très terre-à-terre.

DSCN8675

Condensé des plus belles questions et réflexions entendues les 19 et 20 mai lors de ce 3ème Forum des lieux intermédiaires et indépendants :

Comment penser le commun par enjeux plutôt que par objectif ?
– A la question « Quelles traces laissons-nous derrière nos occupations de lieux ? », la réponse « En tissant des liens, on laisse un tissu derrière nous… »
– Comment s’assurer qu’un projet respecte l’intégrité d’un territoire et des personnes qui l’habitent ?
– Imaginer un jumelage entre projets au sein de la CNLII, afin de faciliter les partenariats et stimuler la solidarité entre lieux.
– Exiger l’excellence politique pour nous accompagner plutôt que nous contrôler.
– Comment passer du transitoire à la transition ?
– Placer la médiation culturelle plus en amont de nos pratiques.
– Pour les préserver et les reconnaître, est-il imaginable de donner la personnalité juridique aux lieux intermédiaires de Marseille, comme les néo-zélandais l’ont fait avec une rivière ?
– Entamer un travail commun avec les réseaux RFF (Réseau Français des Fablabs) et TILIOS (Tiers Lieux Libres et Open Source) qui rencontrent des difficultés très semblables aux notres.

Pour retrouver toutes ces questions, certaines réponses, d’autres débats et présentations, la CNLII propose toutes les interventions filmées sur son site internet : http://cnlii.org/2019/06/conferences-eclair-les-videos/

Stabilité, inaliénation, création, territoire, politique, soutien, conflit, hybridation, expression, pédagogie, militantisme, devenir, pédagogie, profits, … au cours des différents débats, les digressions ont été aussi nombreuses qu’intéressantes. Les prochaines éditions disposent d’un puissant réservoir de thèmes à développer !

Toulouse par l’image

Raconter. Voilà ce que pourrait être le maître mot en commun des trois associations Toulousaines « Un Oeil sur ma ville », « Les Vidéophages » et « Les bobines sauvages ». Ils racontent. Ils racontent des histoires, parfois l’Histoire, des fictions, des souvenirs, des vies, des quartiers, des récits. Chacun avec leur support et leur spécificité, ils participent de la construction d’une mémoire collective des quartiers oubliés ou mal connus de la ville rose, en même temps qu’ils les mettent en vie et en lumière.

De la Reynerie…

Bienvenue au Mirail, plus précisément à la Reynerie. Comme tout bon quartier populaire qui se respecte en France, pour y entrer vous venez de passer de l’autre côté du périphérique. Prêts pour la visite, vous êtes entre les mains d’Ibrahim Reziga. Notre hôte est en ce moment même le seul salarié de l’association « Les Bobines Sauvages ». En instance de recrutement, ils sont en temps normal entre trois et quatre. Plus les personnes en services civiques. Plus les stagiaires. Plus les bénévoles. C’est simple, à peine quinze minutes après notre arrivée dans les locaux de l’association, nous avons déjà rencontré un dizaine de jeunes occupés à ranger, discuter ou préparer le tournage de cet après midi.

14462716_1188527334503429_3039342268990374109_n

Quelque chose nous dit que nous ne sommes pas les premiers visiteurs. D’un simple coup d’œil et d’un « présente-toi » d’Ibrahim, Amine nous explique du tac au tac qu’il est membre du CA de l’association, bénévole, qu’il y a déjà tourné deux courts métrages en son nom, et qu’un troisième est en préparation. A la présentation limpide d’un autre jeune, Ibrahim rétorque « Oh tu l’as appris par cœur ton discours ? » « Nan j’te jure, tout en impro, frère ! ». Ils se présenteront petit à petit tous à nous comme s’ils étaient rompus à l’exercice, ou comme si leur travail face caméra les avait aidé à être particulièrement à l’aise à l’oral.

48243210_2129918673697619_2720151570518900736_n

Tous ces jeunes habitent Le Mirail, ce quartier chargé d’histoire sociale et architecturale. Ça, nous l’apprenons avec Ludo de l’association « Un Oeil sur ma ville ». Historien de formation, il nous raconte l’histoire de Georges Candilis, l’architecte de ces grands ensembles. Héritier de Le Corbusier, Candilis avait imaginé la configuration et l’agencement du quartier de telle manière que ses habitants s’y croisent le plus possible. Voisins d’un même immeuble, voisins d’immeuble, piétons, usagers des transports en commun ou de sa voiture individuelle, les chemins quotidiens de chacun devaient pouvoir croiser ceux de ses voisins indifféremment des différents styles de vie. Le tout en laissant la part belle aux zones piétonnes et commerçantes.

…Au centre-ville…

Et si Ludo peut si bien nous parler de ce quartier et de son Histoire, c’est que l’association, et particulièrement Anissa, y a mené des ateliers de discussion, de mémoire et de recherche avec ses habitants. Tant les archives municipales que les souvenirs des habitants ont ainsi enrichi la création d’« un parcours de balade mettant en valeur son patrimoine et ses histoires ». Différents supports éparpillés dans tout le quartier permettent ainsi de prendre connaissance tant de ses petites histoires que de son Histoire. Se réapproprier son quartier, l’image de son quartier, être acteur de son territoire, la valorisation de son espace de vie sont autant de valeurs et de concepts que l’association toulousaine partage, sur des formats différents, avec d’autres exemples que nous avons rencontré : Nabuchodonosor à Béziers, Alliance Citoyenne à Grenoble, ou encore Bouche à Oreille à Metz.

Parce que la ville est à notre image, elle vit, elle bouge, elle évolue, Ludo, Audrey, Tomas, Pierre, et tous les autres bénévoles travaillent à mettre en avant ses mutations et ses évolutions que chaque ville connaît à travers le temps. Parce que par ses évolutions, nous pouvons lire et découvrir l’identité de la ville. C’est donc par différents supports tous aussi originaux les uns que les autres que cette jeune association tente de rendre compte de ces transformations de manière ludique. Anaïs et Alice viennent d’ailleurs de créer une chasse au trésor dans différents quartiers de la ville.

20190316_120044

Une de leurs premières actions a été l’installation au cœur de la « Prairie des Filtres » d’un grand panneau transparent du paysage tel qu’elle était autrefois. En trouvant le bon angle, nous pouvons alors superposer la vision actuelle et l’ancienne. En un coup d’œil, nous identifions l’émergence d’un espace vert ou d’un immeuble, la pérennité de l’église, la rénovation (ou bétonisation) des quais de la Garonne, etc.

11742899_998013753556454_5958647184370632349_n

Ces jeunes Toulousains ne se cantonnent pas à la Haute-Garonne et sa préfecture. Depuis le cœur des Cévennes, à Arre, l’association de « La Mainlèv » a entendu parler d’ « Un œil sur ma ville » et a fait appel à eux. Alors en pleine rénovation d’une immense usine de textile abandonnée, l’association compte inclure pleinement l’histoire de ce lieu dans sa nouvelle vie, à savoir une fabrique à initiatives, un lieu de mutualisation d’espaces et de moyens pour les acteurs du territoire. Les deux associations ont alors conjointement menés des ateliers d’expression auprès des anciens salariés de l’usine afin de recueillir leurs souvenirs et leur vision du lieu. Une exposition avec photos et témoignages est en préparation pour occuper les murs du hall d’accueil de ce bâtiment.

A la Reynerie aussi, l’association « Bobines Sauvages » tente de dépasser son environnement toulousain. Les courts métrages qu’ils produisent et réalisent sont régulièrement envoyés à des festivals partout en France. Car ce qui importe pour Ibrahim, chargé du Pôle Cinéma, c’est habituer les adhérents aux circuits, au langage et aux habitudes professionnelles. Il fait quotidiennement cet effort d’inscrire les jeunes dans un environnement professionnel afin de leur donner les armes adéquates pour l’avenir.

« Si demain par hasard, un jeune rencontre un réalisateur, je veux qu’ils puissent parler la même langue et se comprendre. ». Ibrahim poursuit : « Il faut que les jeunes se servent de l’association pour apprendre des choses. Et que l’association se serve des jeunes pour exister, se développer, s’enrichir et être prête à accueillir les générations suivantes ! C’est gagnant gagnant, les jeunes se servent de l’association et l’association se sert des jeunes. »

Sur Toulouse, les jeunes réalisateurs de Haute-Garonne et d’ailleurs disposent d’un espace de diffusion et d’expression non négligeable. Tous les premiers lundis du mois à l’Abbaye de la Sainte Dynamo, l’association « Les Vidéophages » organise une soirée dédiée aux jeunes réalisateurs.

…Toulouse se raconte par l’image !

Symbole du foisonnement culturel toulousain, l’association « Les Vidéophages » œuvre depuis 20 ans à la promotion du format court qui peine à trouver sa place ailleurs que dans les festivals qui lui sont dédiés. Alors c’est dans des bars, des bus ou des prisons qu’ils amènent ce format peu diffusé en France. Seule salariée de l’association, Delphine nous raconte que lors de leur festival annuel « Faites de l’image », ils élargissent leur proposition à l’audio, aux installations insolites, etc. Rendez-vous les 5 et 6 juillet prochain, à Toulouse. Sans cesse à la recherche d’un nouveau public, ils s’attachent à changer de quartier chaque année.

11390260_404379646416510_694295544290869622_n

S’ils ont choisi un élan pour symbole, ce n’est pas pour rien ! « Allons de l’élan » est leur devise et ils le prouvent largement par la diversité de leurs propositions (Ciné-Tambouille, Vidéo-bus, soirées mensuelles, itinérance en Occitanie, les ateliers avec les enfants, Driv’in, etc etc etc!).

41622005_959763954211407_8471229371045117952_n

A travers leurs aventures propres, ces trois-là nous racontent plus qu’une histoire. Ils nous expliquent comment une passion peut s’exprimer en collectif et à quel point nous faisons les choses avec sens et sérieux quand elles nous parlent et nous font vibrer.

Pour en savoir plus :

Les Bobines Sauvages 

Un Oeil sur ma Ville

Les Vidéophages

Suivez-nous aussi sur Facebook : https://www.facebook.com/cestpasdesideesenlair/

Une ferme solidaire dans Toulouse

On est tout proche du centre-ville de Toulouse et pourtant les arbres remplacent les grands bâtiments, le bruit des transports se substituent aux chants des oiseaux, le calme efface l’effervescence de la ville. Nous sommes dans une bulle, une pause dans le temps et l’espace. Au fond d’une rue d’habitations, au départ d’un sentier de balade, on est à la Ferme Habitat Solidaire, chemin du Manel.

L’endroit est parfait pour se ressourcer. Le bois des chalets, la fraîcheur de la végétation et la tranquillité des animaux donnent une atmosphère et un charme singulier. On ralentit et on se rencontre. Pour quelques jours ou plusieurs mois, chaque personne accueillie devient un habitant et prend possession du lieu.

Autogestion à la ferme

Lorsque Raphaël hérite d’un terrain vierge sur le chemin du Manel, il rencontre Thierry et son chien Orso, dans les bois qui avoisinent ce terrain. Ils discutent et apprennent à se connaître, puis font un projet ensemble : construire des chalets en bois pour accueillir des sans-abris. Raphaël réalise son rêve d’une ferme pédagogique et de partager son amour des animaux. Quant à Thierry, il met au service du projet ses compétences techniques. En 2011, l’idée devient réalité !

Raphaël, l’équipe de la Ferme constituée uniquement de bénévoles et Thierry, avec l’aide de voisins et d’amis, montent sept chalets importés de Finlande. Ils créent et fabriquent ensuite les aménagements intérieurs. Aujourd’hui, un grand chalet tient place de salle commune, entouré de six chalets en bois plus petits qui sont les habitations privatives et individuelles, louées 450€ par mois. Si certains n’ont pas de revenu, alors ils travaillent à la ferme en échange du logement. Chacun dispose d’une habitation privée dans laquelle il est chez lui. Dans le grand chalet, on se réunit et on partage les repas et les infos.

20190313_145522

Pour une courte durée ou pour plusieurs mois, l’accueil est inconditionnel. Femmes, hommes, couples, avec ou sans chien, tout le monde est accepté, tant qu’il y a de la place et que l’on accepte les règles. La plupart du temps, les séjours sont limités dans le temps. On ne s’installe pas à la Ferme, on y fait une pause. La durée de trois mois est fixée au départ comme une période propice à la réflexion et l’action. On vient pour se reposer, souffler un bon coup, également stimuler ses envies, mobiliser ses énergies et faire un projet concret pour la suite : des études, un emploi, un voyage…

L’équipe de la Ferme apporte son aide et son soutien du mieux qu’elle peut dans les projets de chacun et le fonctionnement du lieu. Ni l’équipe de la Ferme, ni Raphaël ne vivent à la Ferme pour laisser la vie collective et autogérée se créer vraiment. Ce sont aux habitants de se fixer des règles de vie, de s’accorder sur les repas communs, de s’intéresser aux emplois du temps de chacun. Certains s’occupent en permanence du lieu : nourrir et soigner les animaux, entretenir le potager, ranger, nettoyer, réparer. Raphaël, hyperactif et très dévoué dans ce projet, partage son savoir des animaux avec chaque habitant. Il propose des ateliers de médiation animale. Et si vous en doutiez encore, à la Ferme c’est une nouvelle preuve de ses bienfaits. Il apprend à prendre soin des animaux et donc à prendre soin de soi. Il apprend à dépasser ses peurs et à développer une confiance mutuelle entre l’humain et l’animal. Tous le disent, les résultats sont extraordinaires. A la Ferme, les habitants se sentent bien et approfondissent leurs savoirs, savoirs-faire et savoirs-être.

Jeu de cache-cache

Les sans-abris, les abîmés par la vie, les précaires, les instables… une terminologie foisonnante pour parler des autres. Pour parler de personnes pour qui la vie est semée de plus d’obstacles que d’autres. Ou qui n’ont pas les armes pour affronter ces obstacles. Pour certains, les difficultés ont commencé tôt, pour d’autres elles sont arrivées soudainement alors que rien ne le présageait. Un effet boule de neige qui fait tout dégringoler, accident de travail, perte d’emploi, divorce, dettes…

Dans la rue, aux feux rouges, sous une toile de tente ou sur un carton, on passe et on ne les regarde pas. Par mépris, par honte, par malaise ou par habitude. Ils font partie de notre paysage.

Dans la rue, on les rend invisibles, à la Ferme, ce sont eux qui veulent s’effacer et avoir l’air de voisins lambdas. Ne pas passer pour le squat de punk à chiens ou pour la maison des fous. Vivons cachés, vivons heureux ? Savant mélange entre anonymat et intégration au quartier…

Pourtant, beaucoup connaissent la Ferme, savent combien les bienfaits sont grands. Alors autant l’équipe bénévole, que les habitants de la Ferme, que les partenaires extérieurs se réjouissent de partager des moments ensemble. Les élèves de l’école profitent de la Ferme pour découvrir les animaux. Il en va de même pour l’Institut Médico-Educatif (IME) et l’Institut Thérapeutique Éducatif et Pédagogique (ITEP) voisins. Alors les bénévoles et les habitants de la Ferme mettent tout leur cœur à faire découvrir leur lieu de vie, à travers des animations autour du bois, des ateliers avec les animaux, des jeux dans le grand chalet ou dans le bac à sable… Et là, on les regarde et on les admire. On se rend compte de leurs talents, de leurs savoirs, de leurs compétences et de leur générosité. Les habitants ont une place et donnent l’exemple. Cette partie de l’activité de la Ferme est donc primordiale tant elle redonne confiance en soi et valorise des personnes qui en ont un besoin immense.

Capture 1

Capture.PNG

Sans aide publique, à la débrouille, la Ferme poursuit son chemin. Grâce à des partenariats et à la mutualisation de biens et de services, elle a déjà accueilli des centaines de personnes et ne cesse de recevoir des demandes auxquelles l’équipe bénévole prend le temps de répondre en rencontrant chaque personne. Les vies se croisent, les expériences s’échangent et les histoires avancent. En somme, une belle aventure qu’on a eu la chance de voir vivre le temps d’une journée !

Pour plus de détails sur : La Ferme Habitat Solidaire

Suivez-nous aussi sur Facebook : https://www.facebook.com/cestpasdesideesenlair/